Aller au contenu

Fiabilité des motos Italiennes : mythe ou réalité

    Dans le milieu des motards, nombreuses sont les réflexions au sujet de la fiabilité de certaines marques. Il n’est pas rare d’entendre des blagues sur les Ducati, les MV Agusta ou les Aprilia. Point commun de ces marques : elles sont toutes les trois Italiennes. Mais, est-ce un mythe ou une réalité ?

    Les motos Italiennes

    S’il y a une chose que personne ne peut nier, c’est le design et la beauté des Italiennes. Je ne parle pas des femmes, mais bien des motos et d’ailleurs, c’est également valable pour les voitures. Pour comprendre l’importance de cet amour pour les belles courbes, il faut remonter dans les années 50 et les premières motos de la marque Ducati notamment. Après de nombreuses années à se forger une réputation lors de courses d’endurance et de Grand Prix, Ducati est aujourd’hui associé aux machines les plus performantes.

    C’est également le cas de MV Agusta qui commença la fabrication de moto sportive même un peu avant les années 50. Après de nombreuses victoires en compétition, la marque connaît un passage compliqué dans les années 80 avant de revenir en 1996. Depuis, très peu de modèles ont vu le jour, mais tous sont devenus de véritables mythes.

    Arilia est une autre marque de référence dans les domaines des motos Italiennes. Les premiers modèles sont un peu plus récents avec des motocyclettes de petites cylindrées fin des années 1960. Beaucoup plus de modèles ont vu le jour depuis cette époque et la marque se porte toujours aussi bien.

    La fiabilité des motos Italiennes

    Même si les rumeurs sont nombreuses, il n’y a rien qui prouve que les motos de marques Italiennes sont moins fiables que des motos d’autres marques. Au contraire, des marques comme Moto Guzzi par exemple, comptent une grande quantité de moto en circulation dont la barre des 100 000 km est déjà passée. Bien entendu, il y a des raisons à ça aussi.

    Comme toutes les machines, les motos ont besoin d’entretien, de révisions et de quelques précautions. Italienne ou Japonaises, il faut bien entendu respecter les temps de chauffe, les révisions et la qualité de l’huile que l’on met dedans.

    Même si certains modèles sont connu pour avoir eu des problèmes, ce n’est pas une généralité et il est possible, même pour les plus grands constructeurs, d’avoir des soucis de fiabilité sur une pièce ou une autre.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.