Les autres conseils

Remise en route au printemps

Que ça soit après l’hiver ou même après plusieurs années d’arrêt pour diverses raisons, avant de reprendre la route, il est important de vérifier l’état de sa moto (ou de son scooter).

Les premiers beaux jours arrivent, le soleil pointe de plus en plus souvent le bout de son nez et les températures remontent, l’envie de sortir sa moto se fait de plus en plus sentir… Il est temps de faire le tour de son fidèle destrier avant de remonter en selle.

  1. La batterie
  2. Le réservoir et le carburant
  3. Le freinage
  4. Les niveaux
  5. Les pneus
  6. La transmission et le graissage
  7. Le pilote

1) Vérifier l’état de la batterie et la recharger

Première des choses et pas des moindres si vous voulez démarrer, il faut vérifier le niveau de charge de votre batterie et potentiellement, la recharger avant la première remise en route.
Si vous avez suivi les bons conseils pour un bon hivernage, vous avez branché la batterie sur un chargeur intelligent qui maintient la batterie au bon niveau pendant les périodes d’arrêt plus ou moins long. Si ce n’est pas le cas, il n’est pas trop tard pour en acheter un.

2) Le réservoir et le carburant

Pour le stockage, il est fortement conseillé de remplir le réservoir pour éviter la rouille à l’intérieur de ce dernier. Si vous avez suivi ce conseil et que vous avez mis du sans plomb 95 ou 98, c’est une bonne chose dans la limite ou cela ne fait pas plus que 6 mois.
Dans tous les cas, les propriétés du carburant changent au bout de quelques mois. Si vous en avez la possibilité, vidanger le réservoir avant de mettre de l’essence « fraîche » dedans.
Vérifiez bien qu’il n’y a pas de dépôt dans le fond de votre réservoir.
L’autre possibilité est de stocker votre moto ou votre scooter avec de l’Alkylate qui est stable et se garde plus longtemps. Vous pouvez alors remettre en route avec ce carburant.

3) Vérifier l’état de votre système de freinage

Par « système de freinage » on entend : les disques, les plaquettes et le liquide de frein. Le liquide de frein diminue à mesure que les plaquettes s’usent (sauf en cas de fuite) donc si votre niveau est bas, c’est que vos plaquettes sont usées et bonnes à changer (suivez nos tutos pour cette opération). Profitez en en même temps pour jeter un coup d’œil à l’état de vos disques de frein.
N’hésitez pas non plus à faire un essai statique des commandes de frein. Actionnez le frein avant et le frein arrière pour vérifier que les commandes ne sont pas molles et que les freins répondent bien.

4) Les différents niveaux de votre 2 roues

A l’étape précédente, vous avez déjà vérifié le niveau de liquide de frein. Il en reste deux très important maintenant : le niveau d’huile de votre moteur et le niveau du liquide de refroidissement.
Pour le niveau d’huile, si il ne s’agit que d’un contrôle ou d’un petit appoint, il ne vous prendra que quelques minutes. Si vous voulez en profiter pour faire la vidange de votre moto ou votre scooter, suivez le guide pour votre modèle.
Le niveau de liquide de refroidissement ne demande normalement qu’un petit appoint. Attention de ne pas dépasser le niveau maximum !

5) Attention à vos pneus : état et pression

Les pneumatiques c’est la seule chose qui fait le contact entre votre moto ou votre scooter et la route, il est donc très très important d’y faire attention. Des pneus en mauvais états, trop ou pas assez gonflés et c’est votre sécurité qui est en jeu.
Vérifiez la pression de vos pneus : en fonction du type de machine et du type de pneus, la pression n’est pas la même, n’hésitez pas à regarder dans la documentation technique ou à passer un petit coup de téléphone à votre concessionnaire.
Vérifiez ensuite l’état général de vos pneus, le niveau d’usure, les flancs, pas d’accro ou de marques particulières.
N’oubliez pas que pour la première sortie, vos pneus ont besoin de chauffer donc roulez tranquillement.

6) La transmission et le graissage

Si votre moto ou votre scooter est équipée d’une chaîne de transmission, il faut vérifier la tension de votre chaîne. Si c’est une courroie, le plan d’entretien prévoit un remplacement lors des révisions en concession.
Une fois la bonne tension trouvé, il est temps de graisser votre chaîne. Utilisez une graisse adaptée pour éviter de salir complètement votre machine. Attention, il y a des graisses pour la route, d’autres pour le cross

7) Remettre en route le pilote

Les premières sorties sont toujours un moment d’excitation assez intense, mais il faut garder en tête qu’on perd assez rapidement les bons reflexes. Il faut remettre la moto en route mais le pilote aussi, privilégiez de petites balades en roulant tranquillement et surtout soyez prudent !
N’oubliez pas de vérifier l’état de votre équipement (casque, gants, veste, etc…) et pensez à bien nettoyer votre casque pour avoir une bonne visibilité et être à l’aise.

Quelle béquille d’atelier choisir ?

A quoi sert une béquille d’atelier ?

Vous vous êtes peut-être déjà posé la question « quelle est la meilleure solution quand je veux bricoler sur ma moto en sécurité » et la réponse est simple : la béquille de stand.

Vous l’avez peut-être déjà vu, c’est le système qui vous permet de décoller la roue (avant ou arrière) du sol en maintenant votre moto en sécurité. C’est l’outil indispensable pour tous les motards bricoleurs qui souhaitent faire l’entretien de leur moto. Elle est également appelée béquille d’atelier ou lève moto.

Comment mettre sa moto sur bequille d’atelier ?

Pour mettre sa moto sur béquille de stand il est important de prendre quelques précautions. C’est plus simple de le faire à deux mais seul, c’est jouable aussi. Suivez le guide :

  • Mettez votre guidon le plus droit possible.
  • Si vous êtes à deux, demandez à la deuxième personne de redresser la moto.
  • Si vous êtes seul, placez vous à l’arrière de la moto et de préférence à l’inverse du côté de la béquille latérale. Si la moto bascule, vous pourrez la pousser du côté de la béquille.
  • Assurez-vous que les tampons de protection sont dans le bon sens.
  • Placez la béquille de stand en dessous du bras oscillant et appuyer sur le la béquille de stand pour commencer à lever la moto.
  • La béquille d’atelier se place toute seule sous votre moto.

Quelle béquille de stand choisir ?

Plusieurs points sont à prendre en compte : la stabilité, l’écartement ou le réglage possible en fonction de votre moto et pour le plaisir la couleur et le design.

Retrouvez ci-dessous une sélection de béquille de stand


Béquille de stand Cruizer

Un modèle simple et efficace, réglable grâce aux molettes. Charge maximum : 300kg

Prix : 24,70€ + livraison


Béquille d’atelier Wiltec

Un très beau modèle de la marque Wiltec, également réglable de 255mm à 360mm de largeur de bras.

Charge maximum : 317kg

Prix : 52,95€


Lève moto Homcom

Pour les motos de cross ou supermotards, il y a ce lève moto de la marque Homcom.

Charge maximum : 150kg

Prix : 49,90€


Entretenir son éclairage

Sur un deux roues, qu’on parle de scooter, d’une 50cm³ ou de grosses cylindrées, l’éclairage est primordiale. Les autres véhicules peuvent avoir du mal à voir un deux roues et le feu allumé fait souvent la différence.

Une obligation légale

Rouler avec les feux de croisement allumés, de jour comme de nuit, est une obligation légale en France depuis de nombreuses années. Le Décret n° 2007-271 du 27 février 2007 à même étendue cette obligation, jusqu’alors réservé aux grosses cylindrées, à tous les cyclomoteurs (scooter et 50cm³ compris).

En cas d’infraction, le conducteur d’un deux-roues motorisé qui circule de jour sans feu de croisement est passible d’une contravention de deuxième classe (amende forfaitaire de 35 euros). Dans la réalité, personne ne se fait verbaliser.

Une obligation mais surtout un besoin

Ok, allumer ses feux c’est une obligation, mais on en va pas se mentir, c’est aussi et surtout un besoin. Voir, et être vu surtout, c’est avant tout une question de sécurité. Si vous aussi vous avez un casque noir et une veste noire sur une moto noire, je ne vous fais pas de dessin, quand il commence à faire sombre vous n’allez pas être vu !

Au même titre, sur une petite route de montagne ou dans une forêt, c’est pas mal du tout de voir où on va et pour ça, il n’y a que nos yeux et notre optique de phare !

Des technologies qui évoluent

Pendant très longtemps, l’éclairage était un point négatif sur les deux roues. Autant vous dire que de nuit, il valait mieux avoir de bons yeux. Aujourd’hui et depuis quelques années, la qualité de l’éclairage évolue. Que ça soit les ampoules ou même la conception des optiques.

  • Les ampoules à incandescence : les plus anciens les connaissent bien, ce sont les ampoules avec un filament. On les retrouve sur les motos « anciennes » avant 2000. L’éclairage n’est vraiment pas terrible et leur durée de vie pas très longue, de plus, il faut les changer au moins une fois par an car elles perdent en efficacité.
  • Des ampoules halogènes : sur pas mal de véhicules des années 2000 et un peu après, c’est ce type d’ampoules que l’on retrouve. Les plus courantes sont les H4 et les H7. La durée de vie est un peu plus longue (2 à 3 ans) et l’éclairage meilleur aussi.
  • Les ampoules au xénon : beaucoup moins répandu pour des raisons techniques et de coût, leur éclairage est beaucoup plus performant et la durée de vie est bien plus longue.
  • Les ampoules LEDs : c’est celles que l’on retrouve sur les véhicules récents. On s’y est habitué puisque même à la maison maintenant on installe des ampoules leds. Elles n’ont presque que des avantages puisqu’elles éclairent bien, ont une durée de vie très longue et une faible consommation. On les reconnaît assez facilement puisque c’est un ensemble de leds avec des formes diverses en fonction des constructeurs.

Peu importe la génération d’ampoule ou l’âge de votre machine, pensez à vérifier très régulièrement que vos ampoules fonctionnent. Quand vous démarrez votre moto (ou votre scooter) pour la/le faire chauffer, prenez 5 secondes pour vérifier que vos feux avants ET arrières fonctionnent.

Bien nettoyer ses optiques

Bon, vos ampoules fonctionnent, c’est déjà pas mal. Par contre si votre optique est opaque (d’ancienneté ou tout simplement dégueulasse), même la meilleure ampoule du monde ne pourra pas faire de miracle !

Un nettoyage rapide et régulier : si vous prenez bien soin de votre moto, vous nettoyez sûrement votre optique en même temps que le reste. Si ce n’est pas le cas, un petit coup de chiffon microfibre humide pourra déjà être pas mal. Si en plus vous y rajouter un petit coup de produit vitre ça devient vraiment bien.

Si votre optique est vieux et opaque, il existe des kits pour le rattraper ou alors, vous pouvez le remplacer. Un optique en mauvais état peut absorber près de 40% de luminosité. Plus clairement, vous pouvez perdre près de la moitié de la capacité d’éclairage de votre deux roues, simplement parce que votre optique est sale !

En résumé

  • Prenez 30 secondes pour vérifier que vos ampoules fonctionnent devant et derrière
  • Remplacez vos ampoules régulièrement, en fonction du type d’ampoule.
  • Nettoyez votre optique très régulièrement

L’hivernage de votre moto ou scooter

En hiver, de nombreux 2 roues restent à l’arrêt. Si cela ne pose aucun problème en soi, il est important de prendre quelques précautions pour éviter les problèmes de redémarrage au printemps. Il n’y a rien de pire aux premiers beaux jours que de ne pas pouvoir démarrer…

Avant l’arrêt

Si vous savez que vous n’allez plus utiliser votre 2 roues, préparez l’hivernage. Une des choses importantes, c’est de ne pas stocker votre moto ou votre scooter avec de l’essence dedans. L’essence que vous cherchez à la station, perd de ses propriétés lorsqu’elle est stocké trop longtemps. En fonction de votre région (et de votre courage), l’hiver peut être plus ou moins long. La meilleure solution pour la partie carburant, c’est d’utiliser de l’Alkylate, un carburant qui a l’avantage d’être stable et de bien se conserver. Vous le trouverez dans des magasins de bricolage ou de motoculture.

Pendant l’hiver

Pendant l’hiver et l’arrêt de votre deux roues, il est important de débrancher la batterie et de la mettre en charge. Une batterie qui n’est pas utilisé, se vide petit à petit et finalement au printemps, elle n’aura plus assez de pep’s pour faire démarrer votre moto le jour de la première sortie. Il existe des petits chargeurs intelligents qui permettent de laisser la batterie branché en continue pour faire une charge d’entretien. Plus de prise de tête, vous laissez le chargeur travailler à votre place.

Si l’hiver est long, vérifier la pression de vos pneus une à deux fois pendant la période d’arrêt et n’hésitez pas également à déplacer votre moto ou votre scooter pour éviter que les pneus ne marquent trop.

Après l’hiver

L’hiver terminé, vous n’avez qu’une seule envie : mettre votre équipement pour aller rouler. Attention lors de la première sortie, pensez à bien laisser chauffer votre moteur ainsi que vos pneus. Anticipez les premiers freinages pour que vos disques et plaquettes soit pleinement opérationnels.

Vous pouvez terminer l’Alkylate que vous avez mis dans votre réservoir avant de repasser à votre essence habituelle.